Une “journée sans medias” pour dénoncer l’impunité des crimes contre les journalists En Guinée

Des Kiosques à journaux fermés, silence à l’antenne des radios, photo du journaliste El Hadj Mohamed Diallo à l’écran et sur les pages d’accueil de sites d’information, voice la contre-attaque des médias guinéens, le respecté mardi dernier avec pour mot d’ordre « journée sans presse », en mémoire d’un journaliste tué dans des heurts politiques.

Un refus de publier et d’émettre sans précédent dans le pays, où la consigne a été respectée par les organes public comme privés. Une journée très significative pour l’ensemble des médias guinéens qui se sont sacrifiés, renonçant à beaucoup d’avantages pour l’organiser. L’objectif, espérer qu’elle attire l’attention des autorités guinéennes sur les conditions de travail des journalistes dans ce pays depuis un certain temps.

L’organisation Reporters sans frontières (RSF) avait déclaré être « profondément choquée par la mort de El Hadj Mohamed Diallo » et « espère que l’enquête aboutira le plus rapidement possible à déterminer les responsabilités », a déclaré la responsable de son bureau Afrique, Clea Kahn-Sriber.

Categories
InternationalSociété
No Comment

Leave a Reply

*

*



COMMENTAIRES FACEBOOK