Sans le consensus de la sous-région, le Cameroun veut ratifier les APE

L’assemblée nationale du Cameroun a adopté mercredi 09 juillet dernier le projet de ratification de l’accord d’étape vers un Accord de Partenariat Economique (APE) entre l’Afrique centrale et l’Union européenne. Cet accord d’étape devait être ratifié avant le 1er octobre 2014 sous peine de perdre l’accès préférentiel, sans droits de douane, des produits locaux au marché européen et vice-versa. La ratification de ce texte s’inscrit dans la continuité de l’accord intérimaire vers un APE signé le 15 janvier 2009 avec l’Union européenne.

Aujourd’hui le Cameroun se targue d’être l’économie la plus diversifiée de la sous-région et d’avoir des produits à forte valeur ajoutée qui sont très prisés à l’international : banane, cacao, chocolat, aluminium, poivre, etc. Des produits dont le gouvernement espère une forte production et commercialisation après le 1er octobre prochain. Le gouvernement relègue le démantèlement des barrières douanières du Cameroun, pays à revenu moyen, au second plan. « Le démantèlement sera progressif », explique-t-on au ministère de l’Economie face à ce projet de ratification de l’APE intérimaire qui est presque passé en catimini au Parlement.

Le texte qui sera promulgué par le chef de l’Etat dans les tous prochains jours a été déposé sur la table de la Commission des affaires étrangères du Parlement nuitamment le mardi 08 juillet, défendu par le ministre de l’Economie, Emmanuel Nganou Djoumessi, puis adopté en fin de soirée le 09 juillet 2014.

Seulement, le Cameroun qui veut ainsi ouvrir ses barrières aux produits européens sans droits de douanes court le risque de perdre d’importantes recettes fiscales douanières et de voir son tissu industriel embryonnaire se détériorer, même si le ministre de l’Economie indique que ces risques seraient minimiser étant donné que l’Etat a mis en place des structures pour baliser le chemin dans ce cadre: Un bureau de mise à niveau des entreprises pour leur compétitivité et un comité de suivi des APE.

Le Cameroun n’attendra donc pas la finalisation d’un accord régional privilégiant les intérêts de la sous-région Afrique-centrale. Emmanuel Nganou Djoumessi ajoutera que les autres pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale trainent des pieds. Après de multiples réunions infructueuses tenues à Kinshasa, Douala, Libreville, Malabo, le Cameroun a donc décidé de prendre les devants.

Par Darysh Nehdi

Categories
Economie
No Comment

Leave a Reply

*

*



COMMENTAIRES FACEBOOK