Le premier vaccin capable de protéger les enfants du paludisme a été lancé au Malawi

Le premier vaccin capable de protéger les enfants du paludisme a été lancé dans ce pays d’Afrique australe.
Baptisé « Mosquirix » ou « RTS,S », le vaccin a été développé par le géant pharmaceutique britannique GlaxoSmithKline et aide le système immunitaire à vaincre l’agent vecteur du paludisme, maladie qui se transmet par les piqûres de moustiques.
Des essais antérieurs de moindre envergure ont montré que près de 40 % des enfants de 5 à 17 mois, qui l’avaient reçu, étaient protégés.
Les cas de paludisme semblent de nouveau en hausse après les succès notés pendant une décennie dans la lutte contre la maladie.
« C’est un moment historique pour la vaccination, la lutte contre le paludisme et la santé publique », a déclaré le docteur Kate O’Brien, directrice de la vaccination à l’OMS.
Selon les chiffres annuels les plus récents, le nombre de cas de paludisme dans le monde ne diminue plus, ce qui suscite des inquiétudes quant à sa résurgence.
Le Malawi est le premier des trois pays choisis pour la phase pilote de déploiement du vaccin, les deux autres étant le Ghana et le Kenya.
L’OMS cherche à vacciner 120 000 enfants âgés de deux ans ou moins dans chacun des trois pays ciblés, d’ici à 2020.
Les trois pays ont été choisis parce qu’ils mettent en œuvre de vastes programmes de lutte contre le paludisme, avec l’utilisation de la moustiquaire. Ils ont été ciblés aussi parce qu’ils comptent encore un grand nombre de cas de paludisme.
Cette maladie tue chaque année quelque 435 000 personnes dans le monde, des enfants pour la plupart.
La plupart de ces décès surviennent en Afrique où plus de 250 000 enfants meurent chaque année de la maladie, selon l’OMS.
C’est « une maladie contre laquelle il est très difficile de développer un vaccin », souligne le docteur O’Brien.
Un premier vaccin avait été testé en 2009.
« Sept pays ont déjà participé à un vaste essai, durant lequel plus de 15 000 enfants ont été vaccinés », a déclaré à l’émission « Newsday » de la BBC, le docteur David Schellenberg, qui a pris part au développement du vaccin avec l’OMS.
« Ce test (celui de 2009) montre assez clairement que le vaccin est sûr et qu’il est efficace pour prévenir les épisodes de paludisme clinique et les épisodes de paludisme grave », assure-t-il.
Les essais sont menés depuis des années par de nombreuses organisations, dont l’Initiative pour un vaccin contre le paludisme. Le coût de la recherche à l’origine du vaccin est estimé à un milliard de dollars US (environ 533 milliards de francs CFA).
Avec BBC

Categories
RégionsSantéSociété
No Comment

Laisser un commentaire



COMMENTAIRES FACEBOOK

Ne manquez aucune actu !

Laissez votre adresse e-mail pour recevoir une selection des meilleurs articles du site !
Email
Prénom
Secure and Spam free...